L’Institut nautique de Bretagne véritable référence de la formation

10 sept. 2020

En 55 ans d’existence, l’Institut nautique de Bretagne (INB) est devenu un incontournable de la formation professionnelle dans les métiers du nautisme. Que ce soit sur le volet technique, économique où celui des pratiques nautiques, la notoriété du centre de formation en alternance de Concarneau (Finistère) a largement dépassé les frontières de la Bretagne. L’INB est devenu la référence au niveau national avec des stagiaires qui sont originaires de toute la France et pour certains de l’étranger. « De Belgique, d’Espagne, d’Italie, mais aussi de Nouvelle-Zélande ou d’Australie », détaille Laurent Winisky, directeur de l’INB.

 

450 stagiaires chaque année

Des stagiaires dont la rentrée s’échelonne de septembre à début octobre. « Les plus jeunes, ceux de la filière Bac professionnel maintenance nautique sont déjà rentrés. Il reste d’ailleurs quelques places disponibles. Nous pouvons encore recevoir des élèves, avec la possibilité de leur proposer des entreprises disposées à les accueillir. »

 

Les prochains à intégrer l’école seront un peu plus âgés. Toujours sur le principe de l’alternance, ils suivront des formations technico-commerciales, des certificats de qualification professionnelles (CQP) dans des domaines aussi variés que la maintenance nautique, la formation au permis plaisance ou de l’enseignement de la voile.

« La très grosse charge de formation se situe entre septembre et mars, détaille Laurent Winisky. L’activité commence à retomber en avril. En juin, il n’y a quasiment plus de stagiaires, du fait de la saisonnalité des entreprises qui les accueillent. »

 

Un partenariat avec les motoristes

L’INB a aussi trouvé une reconnaissance chez les professionnels avec des plateaux techniques qui ne servent pas uniquement à la formation professionnelle. « Que ce soit en mécanique inboard ou en hors-bord, nous avons signé des partenariats avec des constructeurs, complète le directeur. Pour les moteurs inboard, nous travaillons avec Yanmar et Volvo. Pour les hors-bord, depuis cette année nous collaborons avec Mercury. »

 

Une collaboration qui dépasse le cadre de la formation. Le motoriste hors-bord utilise les infrastructures techniques de l’INB pour former son réseau de distributeurs à ces nouveaux modèles de hors-bord.

L’INB est presque victime de son succès. L’institut qui est à l’étroit dans ses 3 000 m² répartis sur ses sites de Concarneau et La Forêt-Fouesnant, cherche à pousser les murs et se verrait bien dans des locaux plus grands pour pouvoir mettre place de nouvelles formations.

A retrouver sur Ouest France


Autres communications